Inscrivez votre code postal:

L’assurance auto au Québec, un régime mixte

Contrairement à ce qui se fait ailleurs au Canada et en Amérique du Nord, le Québec possède un régime d’assurance auto mixte c’est-à-dire mi-public mi-privé dans lequel une société publique, en l’occurrence, la Société d’automobile du Québec (SAAQ), assure la totalité des dommages corporels des usagers de la route en cas d’accident.

Instauré en 1978 pour mettre un terme aux innombrables poursuites en justice contre des automobilistes jugés responsables d’accidents de la route ayant causé des blessures ou occasionnés des décès, le régime public d’assurance auto du Québec est sans égard à la faute. On y cotise au moment de renouveler son permis de conduire et d’immatriculer son véhicule.

Les primes de cette portion de l’assurance auto au Québec sont établies par la SAAQ chaque année et varient en fonction du dossier de conduite et plus particulièrement des points d’inaptitude accumulés par l’automobiliste. Au moment de renouveler son permis de conduire, un conducteur qui a des points d’inaptitude à son dossier, paie une contribution plus élevée au régime public d’assurance auto en fonction du nombre de points accumulés. Pour savoir combien coûtent les points d’inaptitude en sus des amendes et des contraventions, veuillez consulter le site de la SAAQ,

La SAAQ c’est aussi un organisme qui veille à la sécurité automobile et routière et un centre de statistiques inestimable concernant les différents aspects de la conduite automobile sur les routes du Québec. Elle fait un énorme travail de sensibilisation notamment par l’entremise de campagnes médiatiques concernant la vitesse, l’utilisation d’appareils mobiles et la distraction au volant.

Ses actions semblent avoir porté fruit au fil des ans. Le nombre de décès diminue d’année en année sur les routes du Québec ce qui a pour effet de réduire le montant de la cotisation annuelle des automobilistes au régime public. De 2 200 décès pour 2 millions de voitures sur les routes en 1973, on est passé à 377 décès en 2013 alors que l’on comptait plus de 6 millions 200 mille voitures immatriculées au Québec. 3 fois plus de voitures sur les routes et 6 fois moins de décès, et ce en 40 ans.

L’assurance auto privée au Québec

L’assurance auto privée n’est pas en reste pour autant au Québec. Tout automobiliste doit aussi être protégé contre la responsabilité civile et les dommages matériels qu’il pourrait causer aux autres voitures et au bien d’autrui. Le montant minimal d’assurance requis pour cette garantie est de 50 000 $, mais de nombreux automobilistes optent pour une limite de 1 à 2 millions de dollars.

Les assureurs privés proposent également des garanties supplémentaires au Québec. Les 3 types d’assurance auto les plus connus sont ceux que l’on retrouve généralement à la Partie B de la police d’assurance auto au Québec.

  • Assurance collision: Couvre les dommages infligés à un véhicule lors d’un accident ou d’une collision avec un autre véhicule ou avec un objet quelconque.
  • Assurance tous risques: Assure la voiture contre les dommages causés par des incidents autres qu’un accident ou une collision tels que le vol et le vandalisme.
  • Assurance complète: Comprends à la fois l’assurance collision et l’assurance tous risques.

Les garanties supplémentaires sont habituellement assorties d’une franchise. La franchise est la portion des dommages que l’on accepte de payer en cas de réclamation. Le montant de la franchise influence le calcul des primes d’assurance auto. Plus le montant de la franchise est élevé, plus faible seront les primes.

Se procurer une assurance auto privée au Québec.

On souscrit ce type d’assurance par l’entremise d’assureurs privés. On peut comparer différents devis d’assurance auto rapidement et de manière sécuritaire en utilisant un comparateur d’assurances auto comme celui de AssisstanceAssurance.ca qui permet de faire demande et d’obtenir différents devis d’assurance aussi appelés offres d’assurance, en provenance des assureurs les plus réputés au Canada. C’est le meilleur moyen d’économiser.